Accueil / Idéaux et débats / Propos libres / Jacques FOURNIER Halte à la dictature des réseaux sociaux janvier 2019

 

 
Halte à la dictature des réseaux sociaux
Edito de Jacques FOURNIER, Janvier 2019
 

Halte à la dictature des réseaux sociaux

Le renoncement de Chantal Jouanno  à conduire le grand débat lancé par les pouvoirs public est un nouvel exemple des effets néfastes de la dictature des réseaux.

Que son salaire mensuel soit élevé, c'est évident. Trop élevé ? On peut légitimement en discuter. Je pense qu'il excède le plafond souhaitable des rémunérations publiques. Pour autant son montant est infinitésimal par rapport à celui des sommes versées à certains dirigeants du secteur privé. Et, dès lors qu'il lui est régulièrement acquis, je ne vois pas en quoi cette circonstance la disqualifierait pour conduire le « grand débat » lancé par le Président de la République.

Nous touchons là à un phénomène inquiétant : le rôle que jouent désormais ce qu'il est convenu d'appeler les « réseaux » dans la conduite des affaires publiques.

N'utilisant personnellement ni Face book ni Twitter et ayant rapidement mis fin à un essai de Linkedin, je ne suis peut-être pas le mieux placé pour évoquer ces questions. Que l'on m'autorise cependant quelques réflexions.

Le numérique constitue une étape majeure du développement, dont la réalité s'impose, mais qu'il faut savoir orienter et maitriser. Il offre à une très large part de la population (ne pas oublier cependant qu'il y a, là aussi, des exclus), des possibilités nouvelles et considérables de contacts, d'information et d'expression. Les « réseaux » ouvrent sur le monde. Ils enrichissent ceux qui en font partie. Ils nourrissent le débat public. Ils offrent aux observateurs comme aux décideurs un panorama utile des idées et des instincts de la masse de la population. Ils ne permettent pas pour autant de faire l'économie des procédures dont le déroulement est nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie.

Grande est en ce domaine la responsabilité des pouvoirs publics, des forces politiques et syndicales, de la presse et des médias. En ont-ils suffisamment conscience ?

Qu'un Président puisse à l'occasion s'exprimer sur twitter, montrant ainsi qu'il est « dans le vent », passe encore. Mais qu'il en fasse son journal officiel ne saurait devenir la règle. La parole du chef de l'Etat, de son gouvernement, de ses ministres, doit rester au-dessus de la mêlée.

Partis et syndicats sont les instances au sein desquelles le débat doit se construire et entre lesquelles il doit se dérouler. Les uns et les autres sont aujourd'hui affaiblis. On ne les entend plus. Que des forces nouvelles viennent enrichir leur concert, on ne peut que le souhaiter. Mais la pauvreté du discours des gilets jaunes me laisse malheureusement fort sceptique à cet égard.

La presse, les médias, cherchent à remplir du mieux possible leur devoir d'information. Mais la priorité qu'ils donnent au spectaculaire et à l'insolite, si elle peut renforcer leur audience, ne leur permet que bien trop rarement d'aborder les questions essentielles.

Tout devient possible dans ce contexte et le pire n'est pas exclu. La montée de l'extrême droite, seule force politique à avoir tiré parti des évènements récents, est pour moi particulièrement préoccupante.

Comment sortir de ce cercle vicieux ?

Par la recherche, sur le thème majeur du rapport entre le numérique et la démocratie. La réflexion, sur ce point crucial, est encore embryonnaires. A nos organisations de s'en saisir.

Par le débat. Que donnera, avec ou sans Chantal Jouanneau, la grande consultation des prochaines semaines ? Nous allons voir. Je reste sceptique, mais il me semble que notre devoir est d'y contribuer.

Plan du site | Espace gestion

Ciriec-France 7, passage Tenaille 75014 Paris T : +33 (0)1 40 52 85 49 - © Copyright 2017 Tous droits réservés - Réalisation OGMYOS 2017     S'abonner et lire au format RSS